Serveur virtuel professionnel Proxmox

 

Un vent de fraîcheur souffle sur les solutions de virtualisation pour la rentrée 2019 des entreprises, avec l’arrivée de Proxmox 6.0.

Pour rappel “Proxmox” est l’équivalent libre et gratuit de “VmWare” et “HyperV” des solutions de virtualisation pour les entreprises. Le renouveau se fait dans la nouvelle distribution Linux Debian 10 “Buster”, grâce à un noyau Linux 5.0. Et c’est loin d’être la seule nouveauté.

Les améliorations sont surtout des mises à jour : QEMU 4.0, LXC 3.1.0, ZFS 0.8.1, Ceph 14.2, Corosync 3.0. Surtout, on note un nouveau noyau Linux 5.0. ZFS gère désormais le TRIM sur les SSD, ainsi que le chiffrement natif avec la gestion du boot sur les systèmes UEFI et/ou NVMe.

Ceph a également droit à des améliorations, que ce soit pour Nautilus (14.2.x) dans la phase de création ou son tableau de bord. La communication des clusters est maintenant assurée par Corosync 3 (via Kronosnet), la sélection de l’interface réseau dans l’assistant de création a été simplifié.

L’équipe voit ses chiffres augmenter : Proxmox VE est traduit dans 19 langues, compte désormais 270 000 installations et 40 000 membres actifs sur ses forums.

InforMathieu peut vous conseiller et mettre en place une infrastructure Proxmox pour la gestions de vos serveurs.

Il est tout à fait possible d’utiliser Windows Server et différentes distributions Linux avec Proxmox.

Demande de devis gratuit 

Comment assembler son ordinateur pour Linux

1/ Pour commencer, Linux est un système libre et gratuit et il n’est pas possible ou vraiment rare de pouvoir acheter un ordinateur en magasin avec Linux pré-installé. Ce système a de gros avantages par rapport aux autres, il n’a pas besoin d’antivirus, son développement le protège des attaques, il est libre de droit, c’est à dire qu’il n’appartient pas à une entreprise (et ça fait une grosse différence), l’interface graphique est facilement personnalisable (contrairement à Windows et OS X), il est gratuit ! Bien sur il a des points faibles, il n’est pas compatible avec toutes les applications que l’on peut trouver sur Windows et OS X.

Il existe quelques boutiques sur Internet permettant d’acheter des ordinateurs portables et fixes, neuf ou d’occasion, mais ce qui nous intéresse dans cet article, c’est de choisir son propre matériel compatible Linux.

Vous avez envie d’assembler votre propre ordinateur pour utiliser Linux ? Suivez le manchot (mascotte appelé Tux pour Linux) !

2/ Pour découvrir Linux ou plus largement l’informatique, il existe un projet s’appelant « Raspberry Pi », cet ordinateur de la taille d’une carte de crédit a déjà dépassé les 12,5 millions de vente en mars 2017.

Pour moins de 70 euros, clé en main, il est possible de connecter cet ordinateur à un écran hdmi, voir le distributeur français « Kubii.fr ». Le modèle le plus récent et le plus puissant est le Raspberry Pi 3+.

Il existe plusieurs systèmes Linux pour ce projet dont un système Windows développeur ! Je vous conseille « Raspbian », système Linux tiré du système Debian, l’un des systèmes les plus utilisé au monde aujourd’hui. Pour le télécharger et l’installer, vous trouverez toutes les explications sur le site raspbian-france.fr.

3/ Pour ceux qui voudraient un ordinateur sur mesure et plus puissant qu’un Raspberry Pi, il faut savoir qu’actuellement, il n’existe pas officiellement d’ordinateur conçu pour Linux !

Tout l’informatique appelé « grand public », acheté en magasin, est soumis à des accords entre les plus grands fabricants comme : Intel, AMD, Nvidia, Asus, Gigabyte, et Microsoft Windows qui fournit le système d’exploitation afin de pouvoir utiliser l’ordinateur. Sur le marché de l’ordinateur personnel la répartition est la suivante, environ 76 % pour Windows et un peu plus de 3 % pour Linux, environ 13 % Mac Os x et 7,7 % autres.

Voir l’article sur Linux fait tout fonctionner.

Le matériel récent ne fonctionne pas toujours très bien avec Linux. Les développeurs du monde libre n’ont pas forcement accès aux nouvelles architectures, les fabricants ne souhaitent pas communiquer sur le fonctionnement du matériel et passent des accords exclusifs avec Microsoft.

Les développeurs doivent écrire du code informatique spécifique à Linux (pilotes libres) pour que votre carte mère, carte graphique ou votre carte réseau soit détectée et fonctionne correctement (contrairement aux pilotes commerciaux pour Windows). Heureusement la communauté Linux est mondiale et grandit très vite, d’ailleurs de nombreuses entreprises participent au développement de ce système appelé, « noyau Linux ».

Afin d’avoir la meilleure compatibilité possible avec Linux, il est conseillé de ne pas choisir du matériel qui vient de paraître. Il est possible de faire des recherches sur Internet pour s’assurer de la bonne compatibilité avec le manchot Tux. InforMathieu informaticien à Agen (47) peut vous aider et vous conseiller.

4/ Une fois le matériel choisit il s’assemble comme tout autre ordinateur, vous pouvez retrouver les étapes pas à pas sur Internet.

Linux consomme en général moins de ressources que Windows, CPU, Ram, espace disque. C’est à dire qu’il est possible d’utiliser un ordinateur qui après ses 6 ans passés avec Windows, commence à s’essouffler. Au lieu de racheter un ordinateur avec Windows, vous pourrez continuer à utiliser votre ordinateur en installant Linux dessus (par exemple, Linux « Xubuntu »).

5/ Vous pouvez maintenant choisir entre de multiples versions de Linux, on parle de « distribution ». Pour débuter avec une distribution la plus utilisée, une des plus facile et documentée, « Ubuntu », http://doc.ubuntu-fr.org/.

Pour ceux qui ont peur de perdre leurs habitudes avec Windows, il existe “Zorin OS”, “Chalet OS”, “Kubuntu” ou encore “Linux Mint”.

Pour ceux qui ont peur de perdre leurs habitudes avec Mac OS X, il existe “Elementary OS”, “Deepin Linux”, “BackSlash Linux”, “Gmac Linux”.

Pour plus d’informations vous pouvez contacter InforMathieu

Préserver votre vie privée sur Internt

Préserver sa vie privée sur Internet


Vous ne le savez peut-être pas, quoique vous fassiez sur Internet, vous êtes espionné !

Si vous souhaitez préserver votre vie privée sur Internet vous pouvez continuer à lire cet article.

1/ L’élément principal, c’est le système d’exploitation, c’est à dire le “logiciel système”, celui qui vous permet d’utiliser votre ordinateur.

Chacun connaît sûrement “Windows”, c’est le plus utilisé mais aussi le plus intrusif, il existe aussi “Mac OS”, moins utilisé que Windows mais tout aussi intrusif, et le moins connu mais qui respectera votre vie privée sur Internet, il s’appelle “Linux”, c’est un système libre et non commercial (contrairement à Windows ou Mac) c’est pour cette raison que vous n’avez peut être jamais entendu parler du Manchot (mascotte de Linux) !

InforMathieu peut vous renseigner sur ce système libre et gratuit et vous le faire essayer gratuitement également ! Il n’est pas plus compliqué à prendre en main qu’un autre système, certains me disent même que c’est bien plus facile que Windows.

2/ Si vous utilisez une distribution Linux (il existe de nombreuses versions de Linux appelées des distributions), passons maintenant au paramétrage des DNS (Domain Name System). Sans le savoir, vous utilisez les DNS, dès que vous faites une recherche sur internet. Le DNS traduit le nom de domaine (par exemple, informathieu.fr) en adresse IP, ce qui vous permet d’accéder au site informathieu.fr sans avoir à mémoriser son adresse IP 217.160.0.211.

Les DNS que vous utilisez automatiquement sont en général ceux de votre fournisseur d’accès Internet (Orange, SFR, Bouygues, Free…). Le problème c’est que les opérateurs ont tendance à vous espionner en analysant toutes les recherches que vous allez faire sur Internet, (nature de la recherche, l’heure, la localisation…). Avec toutes ces informations, votre F.A.I (Fournisseur d’Accès Internet) est capable de dresser un profil de votre personnalité et peut aussi revendre ces informations à des entreprises commerciales.

Vous pouvez modifier ces DNS par des DNS respectueux de votre vie privée, comme FDN (80.67.169.12) ou Quad9 (9.9.9.9), InforMathieu peut vous aider à les paramétrer sur vos ordinateurs.

3/ Pour faire vos recherches sur Internet, vous allez utiliser “un navigateur“. Un navigateur Internet vous permet de « surfer », de naviguer sur Internet, vous utilisez sûrement l’un de ces 3 navigateurs en ce moment pour lire l’article : Google chrome, Internet explorer, Safari.

Vous venez de regarder une nouvelle télévision sur une boutique en ligne et vous ne voulez pas que cet article se retrouve sur toutes les pages que vous allez consulter ensuite sous forme de publicité ?

Utilisez plutôt ces navigateurs : Firefox, Brave, Ghost browser, Epic browser, Tor Browser.

4/ Un dernier point avant de pouvoir lancer vos recherches sur Internet. Nous allons voir ce qui se cache dans le  “moteur de recherche”. Qui ne connait pas Google ? C’est le plus connu de tous. Le moteur de recherche c’est l’outil qui permet de recenser toutes les pages Internet afin de vous proposer la réponse la plus pertinente à votre demande.

Suivant le moteur de recherche que vous allez utiliser, vous serez sûrement suivi à la trace.

Pour éviter d’être pisté, vous pourrez choisir un moteur de recherche dans votre navigateur. Je vous conseille “Qwant”, malgré son nom Anglais c’est bien un moteur de recherche français. Vous pouvez également essayer : DuckDuckGo, Framabee, Startpage.

Pour plus d’informations vous pouvez contacter InforMathieu

Faut-il passer à la fibre optique ?

Connexion simultanée d’appareils, téléchargement ultrarapide de fichiers, télétravail, télémédecine, et bien plus encore, la fibre optique devient incontournable. Comment l’installer chez soi ? InforMathieu vous explique tout.

fibre optique
La fibre optique permet de transporter l’information à la vitesse de la lumière et offre donc des débits très supérieurs à ceux des autres technologies.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La fibre optique, à quoi ça sert ?

La fibre optique est un fil de verre, plus fin qu’un cheveu, entouré d’une gaine en plastique, qui a la propriété d’être conducteur de la lumière.

Les informations sont transmises d’un point à un autre par le biais d’une onde lumineuse (proche de l’infrarouge).

En France, la fibre optique devrait, à terme, remplacer l’ADSL qui passe par les fils en cuivre du téléphone et dont le débit reste limité. Par exemple, celui-ci est de 8 Mbit/s (mégabits par seconde) en moyenne pour l’ADSL, contre 100 Mbits/s pour la fibre optique, soit 10 fois plus.

Exemples : Ce très haut débit permet ainsi le téléchargement d’un film de 700 Mo en 6 secondes au lieu de 4 minutes avec l’ADSL, ou de mettre en ligne un album de 100 photos en 12 secondes au lieu de 38 minutes.

En un mot, la fibre est la réponse à tous les nouveaux besoins, comme l’accès à la télévision haute définition, le partage de photos et de vidéos, l’envoi de fichiers de plus en plus volumineux, le stockage des données sur un cloud (c’est-à-dire en ligne), la connexion de plusieurs appareils à Internet en même temps.

Comment faire pour se raccorder à la fibre optique ?

Tout le monde n’est pas encore éligible, InforMathieu vous accompagne et vous renseigne sur votre éligibilité.

Si vous êtes éligible vous pouvez choisir un fournisseur d’accès Internet, comparez les offres et tarifs.

Demande de devis gratuit 

Framasoft changer le monde un octet à la fois

Framasoft, c’est une association d’éducation populaire, un groupe d’ami·es convaincu·esqu’un monde numérique émancipateur est possible, persuadé·es qu’il adviendra grâce à des actions concrètes sur le terrain et en ligne avec vous et pour vous !

Framasoft s’est donné comme objectif de proposer une trentaine de services libres alternatifs face aux services qui aspirent nos données et nous enferment.
Mais il existe bien d’autres services et acteurs qui œuvrent à dégoogliser internet. 

 

Linux fait tout fonctionner

Linux : A grands pouvoirs, grandes responsabilités

Linux et le logiciel open source dirigent désormais le monde et cela signifie que nous devons travailler plus fort que jamais pour s’assurer qu’il soit fiable.

En 2016, Linux a célébré ses 25 ans. A ses débuts, il s’agissait d’un projet étudiant. Aujourd’hui, Linux fait tout fonctionner. Des smartphones aux supercalculateurs en passant par les serveurs Web et le Cloud, Linux toujours, tout le temps.

Même l’exception, l’utilisateur final, passe à Linux. Android est désormais le système d’exploitation le plus populaire. En outre, les Chromebooks gagnent en popularité. En effet, même les ordinateurs de bureau Linux traditionnels tels que Fedora, openSUSE, Mint et Ubuntu gagnent enfin du terrain.

Bien sûr, les utilisateurs finaux ont toujours utilisé Linux. Ils ne réalisaient simplement pas que pratiquement tous les sites web populaires et nombre d’applications SaaS tournaient sous Linux.

Même Microsoft a finalement cédé à la religion Linux. Je rappelle qu’il y a deux ans tout juste, Microsoft a rejoint la Fondation Linux.

C’est un fait, comme l’a dit Eric S. Raymond, un leader open-source il y a des années, dans la loi de Linus. C’est l’un des concepts clés qui ont fait le succès de Linux et du logiciel open source.

Mais cela ne fonctionne que s’il y a suffisamment d’yeux à la recherche de bugs pour corriger le code. Les estimations sur le nombre d’erreurs pour mille lignes de code (KLOC) vont de 15 à 50 erreurs par KLOC, à trois si le code est rigoureusement vérifié et testé. Le noyau Linux seul comprend aujourd’hui plus de 16 millions de lignes de code. Faites le calcul.

Sur 2016 uniquement, deux trous de sécurité majeurs dans Linux ont fait surface brièvement. Ils se situaient dans un script appelant le chiffrement de disque LUKS et Dirty Cow, un problème de mémoire. Il y a eu d’autres bugs de moindre importance. A inscrire au crédit de Linux, ces problèmes ont été résolus presque aussitôt après leur détection.

Lorsqu’il s’agit de corriger rapidement des bugs, Linux supplante Apple, Microsoft ou tout autre vendeur de logiciel propriétaire.

De nombreux développeurs de sécurité Linux de haut rang sont occupés à chasser ces bugs. Des instructions présentent la façon de signaler les bugs lorsque vous les trouvez. Mais il n’y a jamais assez de programmeurs disponibles pour remédier aux bugs signalés.

Comme le leader Linux Jon “Maddog” Hall l’a sagement observé il y a quelques années : “Certaines personnes prétendent que le logiciel libre dispose de ressources ‘illimitées’. Chaque produit ou projet est limité en ressources d’une manière ou d’une autre. Le logiciel libre, et en particulier un logiciel, est limité par les gens qui ont la compétence, le temps et l’inclination à contribuer. Mais ce dont dispose le logiciel libre, c’est la capacité d’escalade de l’utilisateur final en cherchant ses propres ressources pour résoudre le problème si les développeurs n’ont pas le temps ou l’envie de le corriger.”

Le noyau Linux règne en maître dans le monde de l’informatique, alors lancez-vous, essayer Linux sur votre ordinateur et longue vie aux logiciels libres.

Windows 10 vous espionne

Windows 10 : l’historique de vos activités est utilisé !

Microsoft, et surtout Windows 10 passent outre les doléances de ses utilisateurs en transmettant certaines données.

C’est le système d’exploitation qui ne respecte visiblement pas les paramètres qu’a pu mettre en place l’utilisateur. Il peut donc créer un historique de toutes les activités pour ensuite les transmettre à Microsoft.

Alors visiblement rien ne sert d’opérer certains réglages afin de protéger sa vie privée. Peu importe ce que vous faites, les données sont collectées et redirigées vers Microsoft. Timeline permet d’enregistrer différentes activités telles que des documents, des onglets de navigateur internet et différentes applications en cours d’exécution afin de pouvoir les restaurer dans le mois qui suit. Se protéger avec différents réglages ou en désactivant bon nombre d’options ne sert strictement à rien. Mais il est pourtant assez facile de le vérifier : il suffit de se connecter à son compte Microsoft et de se diriger vers la page de gestion des données stockées.

Windows 10 : un réel souci de confidentialité

Aucune sortie ni explication n’a été faite à ce sujet de la part de Microsoft. Certains disent qu’il s’agit d’un simple petit bug sans grande importance tandis que d’autres (et la grande majorité de gens) dénoncent une anomalie plutôt grave de la part de Microsoft et de son système d’exploitation Windows 10. Peu importe de quel côté on se situe, Microsoft doit faire face à un gros problème de confidentialité de la part de ses utilisateurs qui risquent de ne pas être très satisfaits de cette nouvelle.

Si vous ne voulez plus de Windows, il existe de très bonnes alternatives, Linux par exemple ! En savoir plus